Toutes les vidéos et images incluses sur ce blogs sont la propriété de leurs ayants-droits respectifs. Elles peuvent être retirées à tout moment par simple demande d'un ayant-droit. Les articles dont la source est mentionnée peuvent aussi être retirés par simple demande de l’auteur.



mercredi 23 avril 2014

LE RETOUR DES CHARLOTS A TRAZEGNIES en Belgique


Le weekend du 26 et 27 avril prochain, ce sera le deuxième Festival consacré aux Charlots : « Les Charlots font la fête », à Trazegnies


+ d'infos ici 

JEAN SARRUS LES ANNEES DE GALERE



Gérard Rinaldi, Gérard Filippelli, Luis Rego, Jean-Guy Fechner et Jean Sarrus ont connu la gloire dans les années 70 et 80 grâce au groupe qu'ils formaient : Les Charlots. Lorsqu'ils se sont séparés, la galère a commencé pour Jean Sarrus. Aujourd'hui, il se confie au magazine Ici Paris sur les difficiles années qui ont suivi cette séparation.

"Quand on a arrêté, cela marchait encore. C’est Gérard [Rinaldi] qui a voulu changer. Moi, ça m’a mis K-O ! J’ai pris un vrai coup derrière la tête. D’autant plus que notre producteur n’a pas été cool avec nous, il nous a attaqués", raconte-t-il.

C'est financièrement que les ennuis ont commencé pour lui : "On a dû baisser notre train de vie et tout vendre au fur et à mesure pour vivre. Cela a été très dur, une vraie descente aux enfers" explique-t-il.

Si son ancien comparse, Gérard Rinaldi, a encore eu de belles heures de gloire, pour Jean Sarrus, c'était terminé : "Pendant que Gérald triomphait au théâtre et à la télé, moi je triomphais dans l’animation de grandes surfaces" dit-il encore. C'est également à ce moment qu'il a divorcé et a tenté durant de nombreuses années de se contenter de ce boulot d'animateur : "Tant que j’étais sur la route et que j’avais du boulot, ça allait à peu près".

Mais en 2003, Jean Sarrus a connu un nouveau drame : "Après mes années de gloire avec les Charlots, j’ai vendu la dernière maison qui me restait pour acheter un beau terrain avec vue sur le golfe de Grimaud. Trois hectares, top ! Et puis il y a eu de terribles incendies en 2003" confie-t-il, et c'est alors qu'il a touché le fond : "Mon terrain a littéralement fondu. J’ai tout perdu !"

Aujourd'hui installé en Auvergne, Jean Sarrus n'a cependant jamais baissé les bras et continue à se lancer dans de nouveaux projets.



mardi 22 avril 2014

DAS MILLIONEN SPIEL (le prix du danger) 1970


Pour compléter le billet de Chris du Steadyblog au sujet du film le PRIX DU DANGER,  voici quelques infos supplémentaires sur le fameux téléfilm allemand de 1970  (lien vers l'article de Chris) 


Année : 1970 Réalisateur : Tom Toelle, Rudolf Holan, Jan Kalis Interprètes : Jörg Pleva, Dieter Thomas Heck, Friedrich Schütter, Dieter Hallervorden, Theo Fink, Josef Fröhlich, Peter Schulze-Rohr, Annemarie Schradiek, Elisabeth Wiedemann, Andrea Grosske, Brigitte Kortmann, Suzanne Roquette
 
DAS MILLIONENSPIEL (Tom Toelle & Wolfgang Menge, 1970) from Spectacle Theater on Vimeo.

Durée : 96' Genre : action, drame, science fiction, frisson Sortie cinéma : 18/10/1970 Le Jeu des Millions" (Das Millionenspiel - 1970): 

Bien avant "Le Prix du Danger" d'Yves Boisset (1983), le roman de Robert Sheckley, "The Prize of Peril", était déjà adapté pour la télévision allemande et diffusé le 18 Octobre 1970 dans son pays d'origine


.

PIERRE RICHARD parle de FRANCIS VEBER

Retour sur l’interview de Pierre Richard réalisé par Etienne Sorin le 16 décembre 2013 et pioché ici :

À l'occasion de l'édition vidéo du  Jouet , rencontre avec le génial gaffeur, actuellement au théâtre et bientôt de retour au cinéma.

Le Jouet est le premier film de Veber réalisateur. Pourquoi est-il passé derrière la caméra?

Pierre RICHARD. -Il avait tendance à critiquer les metteurs en scène des films dont il avait écrit les scénarios. Il avait fait des reproches à Yves Robert à ­propos du Grand Blond avec une chaussure noire et à Édouard Molinaro à propos de L'Emmerdeur. Je lui ai dit qu'au lieu de se plaindre il n'avait qu'à réa­liser ­lui-même.

Vous, vous aviez déjà réalisé trois films avant Le Jouet. Vous n'êtes pas intervenu sur la mise en scène?

Quand je suis acteur, je ne me mêle jamais de mise en scène. D'ailleurs, j'avais suffisamment de quoi faire. Je tournais avec Michel Bouquet, ce qui m'impressionnait beaucoup. Il s'est montré tellement amical que mon trac s'est dissipé très vite. Il joue tellement bien la froideur et le sérieux… Dans une comédie, c'est imparable.

La relation entre le père et le fils dans Le Jouet fait-elle écho à votre propre histoire?

Oui, on retrouve un père riche mais sans attention pour son fils. Je n'ai pas eu de rapport avec mon père, sinon quand il m'emmenait à la chasse tous les 36 du mois. Pourtant, je ne crois pas avoir ­raconté à Veber mes histoires de famille. Cela dit, je n'ai jamais choisi un ­monsieur comme jouet dans un grand magasin! Une des plus belles répliques du film, c'est quand Bouquet dit à ­Jacques François: «Dites-moi qui est le plus odieux, moi, qui vous demande d'enlever votre pantalon ou vous, qui ­acceptez de le faire?» Tout le film est sur ça

Après Le Jouet, Veber réalise La Chèvre, le premier de vos trois films avec Gérard Depardieu

C'est moi qui ai pensé à Depardieu - Lino Ventura devait le jouer, mais ça ne s'est pas fait. Gérard, il faisait des films avec Duras ou Pialat à ce moment-là. J'ai eu cette intuition et notre duo a été fracassant. On a fait trois films, mais, si Veber avait voulu, on aurait pu en faire six. On aurait été Laurel et Hardy. Il y avait une magie quand on arrivait à deux. Sur le plateau, on était des gamins dans une cour de récréation. Il paraît qu'il l'est moins, mais, à l'époque, ­Gérard était tout à fait gérable. Il filait doux devant Veber, à qui on en a quand même fait voir de toutes les ­couleurs.

Vous revoyez-vous parfois?

Pour le revoir, il faudrait que je demande à Interpol comment le retrouver. Je suis tombé sur lui par ­hasard au téléphone, la dernière fois, en ­voulant appeler l'autre Gérard de mon ­répertoire, Jugnot. Il était en Ouzbé­kistan…


Vous êtes en tournée sur les planches avec Pierre Richard III…

Oui, j'ai derrière moi un écran sur lequel je projette des extraits de mes films. Je les commente, les gens s'amusent beaucoup et moi aussi. Je vais peut-être aller le jouer au Québec et en Russie.

Vous risquez de tomber sur Depardieu…

Vous savez, je suis peut-être plus connu que lui en Russie. Je me souviens de deux babouchkas sur la place Rouge à 2 heures du matin. Elles m'ont reconnu et m'ont dit que j'étais la petite lumière dans leur tunnel noir… Je ne savais pas que mes films étaient diffusés là-bas.


source photo : Paris Match
source info :


samedi 19 avril 2014

PATRICK TIMSIT Manie ma nana (le 45T)


Dans la collection acteur qui (dé)chante, voici Patrick Timsit... ce morceau se déguste comme un œuf de pâques !

jeudi 17 avril 2014

LES COLLEGUES le film


Le film de fin de semaine débarque déjà, on ne va pas faire dans le "léger", c'est un film qui a été tourné pendant la coupe du monde 1998, son nom : LES COLLEGUES. Film oublié, sous estimé, ou nul, c'est un peu tout ça à la fois MAIS PAS QUE ça !

OUI, Le scénario est épais comme un tranche de jambon, oui le casting est improbable, mais j'avoue avoir bien aimé ce petit film à l'époque, il n'a rien à envier aux SEIGNEURS avec José GARCIA qui parle du même sujet. Ce film a l'esprit des Charlots dans les fous du stade, bref, PAS DE PRISE DE TETE ! donnez votre avis sur la page Facebook du plein de super !








le résumé
En 1998, « l'Espoir Club Borretti », petit club des quartiers de Marseille, est menacé de dissolution. En effet, le manque d'adhérents et de moyens fait que la mairie projette d'implanter une piscine municipale en lieu et place du terrain de football. Mais les Borretti, père (Albert Cantona) et fils (Joël Cantona), vont tout faire pour sauver leur club. Ainsi, avec l'aide d'un ami, José (Patrick Bosso), ils décident de monter une équipe pour participer à « la Mondialette », une compétition amateur organisée en même temps que la coupe du monde de football, et qui permettra au vainqueur de remporter la somme de 300 000 francs. Les trois amis vont alors tenter le plus rapidement possible de recruter des joueurs… Hélas pour eux, seuls des joueurs de piètre niveau et aux personnalités atypiques sont présents le jour du recrutement. Ils se rendent compte alors que, pour gagner la compétition, tous les coups sont permis…

Casting Joël Cantona : Francis Borretti Patrick Bosso : José Sacha Bourdo : Igor Christian Charmetant : Louis Lefèvre Albert Cantona : Gaston Borretti Georges Rostan : Momie Atmen Kelif : Toinou Olivier Brocheriou : Languillé Belkacem Tir : Eros Pierre Lopez : Lulu Robert Assolen : Michel Cyril Lecomte : Albert Gérard Dubouche : Méu Mikaël Piris : Blanco Josselin Siassia : Maké Mbembo : Nena Franck Fernandel : Maxime Ferdinand Stéphane Freiss : L'arbitre Thierry Lhermitte : Le joueur test de l'équipe des 11

Titre : Les Collègues Réalisation : Philippe Dajoux Scénario : Philippe Dajoux, Marie-Pierre Huster, Jacques Pibarot Musique : Sacha Bourdo, Éric Hussenot, Manu Katché, I3NRV Photographie : Bruno de Keyser, Serge Dell'Amico Son : Jean-Paul Bernard Montage : Claude-France Husson Décors : Richard Cahours de Virgile Costumes : Chantal Castelli Pays d'origine : Drapeau de la France France Langue : français Année de tournage : 1998 Producteurs : Thierry Lhermitte, Louis Becker Sociétés de production : France 2 Cinéma, ICE 3, TPS Cinéma Sociétés de distribution : AMLF (distributeur d'origine), United International Pictures (UIP), PCF Vidéo Format : couleur — 35 mm — stéréo Dolby DTS Genre : comédie, football et cinéma Durée : 93 minutes Date de sortie : 17 février 1999

mercredi 16 avril 2014

PLAYERS et RUNNER RUNNER 2 TITRES POUR UN SEUL FILM


Dans la collection MEME FILM MAIS PAS MEME TITRE, je demande PLAYERS...


Le titre original étant Runner runner
la France aurait opté pour un autre titre mais en anglais !!! A quoi bon ?


Richie, étudiant à Princeton, joue au poker en ligne pour payer ses frais de scolarité. Lorsqu'il se retrouve ruiné, persuadé d'avoir été arnaqué, il décide de s'envoler pour le Costa Rica afin de retrouver la trace d'Ivan Block, le créateur du site. Ivan prend Richie sous son aile et l'amène à intégrer son business. Sentant grandir le danger et réalisant les ambitions démesurées de son boss, Richie va tenter de renverser la donne en sa faveur.

Rien à voir avec le film ci dessous qui s'appelait LES JOUEURS en français !!!!


lundi 14 avril 2014

TAXI BROOKLYN après NEW YORK TAXI


Ce soir débarque sur TF1 la deuxième adaptation U.S. de TAXI (après NEW YORK TAXI au cinéma ), TAXI BROOKLYN pointe le bout de son capot au format série télé librement adaptée de la saga  « Taxi » de Luc Besson

  

 Et on connaît déjà la date de sortie de Taxi Brooklyn saison 1 en Blu Ray/DVD : ce sera le 4 juin chez Europa. Le policier qu’incarnait Frédéric Diefenthal dans les films devient ici la policière Caitlyn Sullivan, enquêtrice de la police à Brooklyn au caractère bien trempé interprétée par Chyler Leigh (Lexy dans Grey’s Anatomy). Pour lui donner la réplique, c’est le jeune acteur français Jacky Ido qui a été choisi, déjà vu dans Salaud on t’aime et Inglourious Basterds. Il succède à Samy Naceri dans la peau du chauffeur de taxi marseillais exilé au cœur de la grosse pomme. 

Une série pour faire le plein d'action et de comédie. Et pour cause, c'est Gary Scott Thomson (scénariste du premier Fast & Furious et showrunner de l’excellente série Las Vegas) qui est aux commandes. Gary Scott Thomson qui pourrait d'ailleurs prochainement s'atteler au remake de la série culte Amicalement vôtre, juste après la saison 2 de Taxi Brooklyn qui se déroulera à Paris. 





Taxi N.Y.C. est le remake américain du Taxi français réalisé en 1998 par Gérard Pirès. Le jeune Jimmy Fallon , révélé par le programme comique Saturday night live, reprend le rôle du policier incarné à l'origine par Frédéric Diefenthal. Quant au personnage du chauffeur de taxi rendu célèbre par Samy Naceri, il est, dans la version américaine, incarné par... une femme, en la personne de Queen Latifah
 

 Luc Besson, scénariste et producteur de la saga Taxi, officie également en tant que scénariste et producteur du remake hollywoodien, via sa société Europa Corp. 


 Belle Williams est la reine des taxis de New York. Aux commandes de son véhicule customisé et super-boosté, elle traverse la ville telle une fusée, ignorant feux rouges, embouteillages, tôles froissées et sirènes de police. 


Mais ce n'est encore qu'une étape, car Belle songe depuis longtemps à devenir pilote de course. Un rêve à portée de main, que va fâcheusement contrecarrer le policier Andy Washburn... Washburn est un flic un peu trop zélé, qui n'a qu'un défaut - rédhibitoire : une totale inaptitude à la conduite.





vendredi 11 avril 2014

Le retour de l'homme qui valait 3 milliards


et de Super Jaimie - Un téléfilm réalisé en 1987








L'organisation terroriste "La forteresse", qui prône un retour à de véritables valeurs patriotiques, multiplie les actions commandos dans les usines d'armement et les sites stratégiques du pays. L'OSI a pour mission de stopper ses agissements. Pour Oscar Goldman, toujours à la tête de l'agence gouvernementale, un seul homme est capable de relever le défi : Steve Austin. Mais l'ex-astronaute a pris une retraite bien mérité et Steve, en proie à des relations conflictuelles avec son fils Michael, officier dans l'armée de l'air, dénie l'offre d'Oscar. Ce dernier, pour tenter de convaincre son meilleur agent de reprendre du service pour cette ultime mission, n'hésite pas à ramener Jaimie Sommers dans son proche entourage
Le coffret de la cinquième saison contient les trois téléfilms de 1987,1989 et 1994 réunissant à nouveau Steve Austin et Jaimie Sommers dans de nouvelles aventures
Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...