Toutes les vidéos et images incluses sur ce blogs sont la propriété de leurs ayants-droits respectifs. Elles peuvent être retirées à tout moment par simple demande d'un ayant-droit. Les articles dont la source est mentionnée peuvent aussi être retirés par simple demande de l’auteur.



vendredi 30 septembre 2011

LA CHEVRE AMERICAINE




Quand Francis VEBER copie Francis VEBER. La version américaine de LA CHEVRE.
MARTIN SHORT joue le rôle de PETER RICHARD.. euh.. PIERRE RICHARD, Dany Glover celui de DEPARDIOU.

LE SAUVAGE AU RAYON BLEU



le Film de Rapeneau sort en bluray cette semaine, voici quelque annecdotes du tournage.

Pour l'histoire, le cinéaste avait d'abord pensé à Elliot Gould pour le rôle principal, mais devant le refus du producteur d'engager une vedette américaine, Jean-Paul Rappeneau décide de se tourner vers de grosses stars françaises. C'est tout d'abord à Alain Delon qu'il offre le scénario mais l'acteur refuse car "Alain Delon ne fait pas de comédie, et refuse de monter aux arbres, il vous en prie". Le metteur en scène pense ensuite à Jean-Paul Belmondo avec qui il avait déjà tourné Les Mariés de l'an II en 1971. L'acteur accepte mais souhaite partager l'affiche avec sa compagne Laura Antonelli, rencontrée sur le tournage de leur précédente collaboration. Mais Rappeneau ayant déjà Catherine Deneuve en tête ne voulait pas recomposer le même duo qu'il a déjà dirigé et oublie Bebel. Après avoir rapidement essuyé le refus de Lino Ventura qui ne voulait pas embrasser de femme à l'écran, le réalisateur se tourne enfin vers Yves Montand qui s'engage à faire le film. Mais sachant qu'il n'est qu'un "choix restant", le comédien passera ses rancunes sur le cinéaste en remettant en cause certaines de ses directives. Cela n'empêchera pas Jean-Paul Rappeneau et Yves Montand de se retrouver dix ans plus tard pour Tout feu tout flamme où ils s'entendront à merveille



http://cinema.jeuxactu.com/test-blu-ray-test-blu-ray-le-sauvage-16237.htm

BRAQUO SAISON 2, Enfin !!!!


Canal+ dévoile petit à petit les premiers éléments de la saison 2 de Braquo, à commencer par son affiche.
le coffret DVD sera disponible courant décembre, j'en déduis que la diffusion sur canal + sera courant novembre.



source
http://www.braquo-serie.fr/tag/braquo-saison-2

jeudi 29 septembre 2011

JAMES BOND S'AFFICHE





http://jeffaffiches.blogspot.com/

DROLES DE DRAMES

la nouvelle série


Comment faire du neuf avec du vieux ? On a eu droit à super jamie  (Bionic woman) il y a peu de temps... cette année, c'est les drôles de dames qui reviennent....

"et merde, je suis trop vieux pour ses conneries".

la version télé 70's


LES FICHES DE MONSIEUR CINEMA

les fiches de monsieur Cinéma*, souvenirs d'enfance au même titre que les fiches de Première !
* pioché dans cinélive de ce mois ci... ça existe toujours !!!!

STAR WARS TRIBUTE

mardi 27 septembre 2011

LE TRESOR DE WILLY LE BORGNE

Magnifique affiche du Film culte de Richard Donner, produit par Steven Spielberg, un must have pour toutes les générations !

encore + d'affiches ici : http://steadyleblog.blogspot.com/2011/09/goonies-differents-croquis-des-affiches.html

TERRA NOVA(TAR)


La série événement produite par Steven Spielberg, "Terra Nova", commence enfin ce soir sur la FOX avec un double épisode. Voici les avis des critiques de la presse américaine. Ont-ils trouvé la Terre promise ?


Synopsis : Une famille ordinaire vivant en 2149 alors que la Terre se meurt est envoyée dans le passé, 85 millions d'années plus tôt à l'ére préhistorique. Ils rejoignent "Terra Nova", une organisation humaine à qui des scientifiques offrent une seconde chance pour reconstruire une civilisation.

Créée par Kelly Marcel et Craig Silverstein. Produite par Steven Spielberg.

Avec Jason O'Mara, Shelley Conn, Stephen Lang, Alana Mansour, Christine Adams...




Selon le Boston Globe :

"Du Spielberg pur jur : grand public, iconique, inoffensif et prévisible. Le pilote est impressionnant mais est-il possible d'avoir le même résultat chaque semaine ? Les scénaristes doivent absolument éviter de raconter une histoire de survivants trop proche de celles de Lost et de The Walking Dead. L'histoire familiale, quant à elle, est traitée de manière un peu trop légère compte tenu des circonstances et du passé des personnages." ***

Selon le Chicago Sun-Times :

"Avec ses dinosaures affamés, son voyage dans le temps et ses gros effets-spéciaux, Terra Nova semble ne pas avoir été créée pour le petit mais le grand écran. La série offre à la fois de la science fiction, de l'aventure épique, du drama familial. Autrement dit, elle s'adresse à un vaste public de 10 à 90 ans (...) Maintenant que la situation a été établie, il serait agréable de dinstinguer plus de nuances de gris et moins de noir et blanc." ***



Selon le Los Angeles Times :

"En dépit de l'utilisation impeccable de ses fonds verts, Terra Nova est remarquablement ringarde, rejetant la colère et l'existentialisme apportés par Lost pour raconter une 'simple' histoire de colonies, d'étrangers sur une terre hostile. Un récit familial au rendu féroce et magnifique." ***



Selon le Washington Post :

"Beaucoup de temps et d'énergie ont été utilisés pour les effets-spéciaux, mais moins pour définir les contours de personnages qui semblent tout droit sortis d'une usine à héros. Les dialogues sont trop nombreux, les héros crient dans tous les sens sous prétexte qu'il faut nous raconter leur passé. Mais était-ce vraiment nécessaire ? (...) Malgré le double épisode de lancement poussif, Terra Nova pourrait bien tenir la route si elle ralentit son rythme et prend le temps d'explorer et d'admirer ce nouveau monde dans lequel elle nous entraîne" **



Selon le Hollywood Reporter :

"Terra Nova a beaucoup de pontentiel mais il est regrettable de constater qu'elle prend une voie plus proche de Jurassic Park ou d'Avatar, avec pour objectif de divertir avant tout, donc une voie plus sûre, plutôt que d'aller vers quelque chose de plus sombre et plus axé sur la science-fiction. Mais vu le succès de ces films, on comprend le choix de Spielberg." **

Selon USA Today :

"Pendant la première heure, tout ce qui compte ce sont les dinosaures, plus convaincants et impressionants que jamais à la télévision. L'intrigue et les gens n'ont alors aucune importance. Puis, dans la deuxième heure, les personnages reprennent le contrôle et là, tout se détériore. On dirait que les auteurs n'ont jamais vu une seule série familiale car, si cela avait été le cas, ils se seraient rendus compte combien leurs idées sont usées." **
source
Jean-Maxime Renault

DU SANGLIER CHEZ MC DO ?


Non pas de sanglier chez mc Do même si j'ai l'impression que Les RICAINS ont du allonger beaucoup de grizby sur la table pour pouvoir avoir les droits de détourner ASTERIX vers le Mc Do comme ils l'ont fait le mois dernier avec TINTIN d'HERGE,

La nouvelle est officialisée, Jean-Yves Ferri scénarisera le prochain Astérix. Celui qui a su dévoiler l'aura comique du général De gaulle a été choisi par Albert Uderzo pour reprendre le flambeau de la série culte.

Jean-Yves Ferri appartient à cette lignée d'hommes discrets qui font parler d'eux. Celui qui a établi son fief dans l'Ariège et fait de la campagne sa fidèle compagne, a nourri à travers ses oeuvres un amour immodéré pour le terroir. Son regard humoristique a convaincu le co-fondateur d'Astérix : c'est lui qui sera aux manettes du scénario pour le prochain album.

Un garçon plein de talent. J'ai adoré son album De Gaulle à la plage, superbe caricature du Général !», déclarait Albert Uderzo en juillet à la revue de bande dessinée Casemate.

Aussi lorsque, lundi matin, Albert Uderzo et Anne Goscinny, la fille de René Goscinny, fêtaient les 350 millions d'exemplaires des aventures d'Astérix et Obélix, le cocréateur de l'irréductible petit Gaulois s'est laissé aller à quelques confidences. Même s'il n'a pas publiquement voulu donner le nom de celui qui prendra sa succession, il ne cache pas qu'il s'agit de Jean-Yves Ferri, l'auteur de De Gaulle à la plage. En compagnie de Frédéric Mébarki, pour le dessin, et de Thierry, son frère, pour la couleur, ce scénariste discret planche actuellement sur le 34e tome des aventures d'Astérix et Obélix. Les éditions Hachette, pour l'instant, ne confirment pas cette information. Joint au téléphone hier, Jean-Yves Ferri, mal à l'aise, n'a pas non plus tenu à s'exprimer, même s'il précise qu'il a voulu qu'on le «laisse de ce côté-là dans une tranquillité et une sérénité complète. L'histoire n'en est encore qu'à sa phase d'écriture».

http://www.lefigaro.fr/bd/2011/09/26/03014-20110926ARTFIG00801-albert-uderzo-adoube-son-successeur.php

LONDON CALLING


L'hebdomadaire culturel londonien "Time Out" a fait appel à un «panel d'expert» composé de plus de 200 professionnels du rire, (réalisateurs, comédiens, comiques de stand-up...) pour réaliser un Top 10 des meilleures comédies.


La première place a été attribuée à "Spinal Tap", sorti en 1984, mais qui a été diffusé dans les salles françaises en 2000.

A la 2ème place, on retrouve "Y a-t-il un pilote dans l'avion ?", réalisé en 1980 par Jim Abrahams et David & Jerry Zucker.

A la troisième marche du podium, "La vie de Brian" (1989) de Terry Jones, avec Les Monty Python, troupe de comiques britanniques burlesque.

Le Top 10 est ensuite composé de : Annie Hall de Woody Allen (1977), Monty Python, Sacré Graal (1975), Présentateur vedette : la légende de Ron Burgundy d'Adam McKay (2004), Withnail et moi de Bruce Robinson (1987), Un jour sans fin d'Harold Ramis (1993), Certains l'aiment chaud de Billy Wilder (1959) et Un Vrai schnock ! de Carl Reiner (1979).

HIDDEN


Les aventures d'un horrible et mechant extraterrestre qui vaque de corps en corps pour detruire, detruire et detruire encore. Son objectif: le senateur Holt, candidat a la presidence. Mais de competents policiers, comme toujours, veillent. Grand prix Avoriaz 1988.



lundi 26 septembre 2011

PEUGEOT REND HOMMAGE A COLUMBO

voici une publicité que j'ai trouvé dans TELERAMA cet été, bel hommage à PETER FALK !


+ d'infos sur wikipédia

Le premier épisode des aventures du lieutenant Columbo, joué par Peter Falk, a été diffusé en février 1968 sur la chaîne NBC. Le policier, qui deviendra célèbre aux yeux du public américain en partie grâce à son étrange voiture, roulait dans un cabriolet gris modèle 1960 immatriculé « California 044 APD ». Cette 403, qui a servi dans la première série d'épisodes, aurait été repérée dans les garages du studio de cinéma par l’acteur lui-même, et choisie par ses soins pour les besoins du tournage. Un tel véhicule était particulièrement exotique et en vogue aux yeux du public américain à qui était destinée cette série. Pour les saisons ultérieures, Peugeot a refusé de fournir un véhicule aux producteurs de la série en remplacement de leur mythique 403, car la société française avait peur de ternir son image de marque. Il faut savoir que la production avait dans l’idée de rendre le nouveau véhicule dans le même état que l’antique 403. C’est Peter Falk lui-même qui a jeté son dévolu sur la mythique Peugeot 403, aucun des modèles proposés initialement par la production ne l’ayant séduit. Pour la petite histoire, et selon d'autres sources, Peter Falk aurait choisi la Peugeot 403 en rencontrant par hasard l’acteur français Roger Pierre qui était alors en voyage aux États-Unis au volant de sa voiture personnelle. Peter Falk eut aussitôt le coup de foudre pour cette voiture, et tint à ce que le producteur de la série la rachète aussitôt à Roger Pierre, qui rentra en France sans sa voiture (cette information a été donnée un peu plus tard par Roger Pierre lui-même lors d’une émission TV)[réf. nécessaire]. La firme Peugeot a bien vendu des 403 sur le sol américain mais n’a apparemment jamais vendu de 403 cabriolets aux États-Unis, et ne s’explique pas de son côté comment le véhicule initial est arrivée sur le tournage de cette série1. Ce n’est pas une mais au moins trois ou quatre 403 cabriolet qui ont été utilisées au cours de la vie du feuilleton Columbo. Elle est apparue pour la première fois en 1971 dans l'épisode Le Livre Témoin. Elle était immatriculée 044 APD, mais devient par la suite 448 DBZ. La première 403 était un vrai cabriolet, alors qu’une partie au moins des deux ou trois autres étaient des berlines et furent « recarrossées » pour les besoins de la série.

Au cinéma proprement dit, la 403 est aussi présente dans un grand nombre de films — surtout français — des années 1960 à 1970. Coup de cœur particulier pour À bout de souffle de Jean-Luc Godard en 1960 avec Jean Seberg et Jean-Paul Belmondo où un exemplaire a un tout petit rôle de figuration ; un autre également (cabriolet gris) dans le film Le Magnifique de Philippe de Broca ; sans oublier le mythique film algérien Les vacances de l'inspecteur Tahar avec Hadj Abderrahmane et Yahia Benmebrouk.

PAULETTE DUBOST 1910-2011



Paulette Dubost est morte mercredi. Elle laisse derrière elle une famille unie et une grande carrière. Elle allait avoir 101 ans. Paulette Dubost, née un 8 octobre 1910 à Paris est décédée mercredi dernier. La doyenne du cinéma français est partie, accompagnée de ses proches à Longjumeau où elle résidait. Sa fille, née de son union avec André Ostertag, et le reste de sa famille ont annoncé que la comédienne serait enterrée aux Ullis dans l’Essonne. La cérémonie devrait se tenir dans la plus stricte intimité «sans photographe ni journaliste».


Second rôle, sans doute, mais de ces seconds rôles qui restent dans les mémoires des cinéphiles, elle a tourné avec les plus grands metteurs en scène: Marcel Carné dans "Hôtel du Nord" (1938), Max Ophüls dans "Le Plaisir" (1951) et "Lola Montès" (1955), Louis Malle dans "Viva Maria" (1966) et "Milou en mai" (1989).


Née à Paris le 8 octobre 1910, fille d'un ingénieur et d'une cantatrice à l'Opéra-Comique, qui se vantait d'avoir bu assez de champagne dans sa vie pour faire flotter un navire, Paulette Dubost héritera de ses parents une indéfectible joie de vivre et le secret d'une éternelle jeunesse.

Elle commence sa carrière sur les pointes comme petit rat de l'Opéra de Paris mais, comprenant qu'elle ne sera jamais une danseuse étoile, elle se tourne vers les revues de music-hall et l'opérette. Elle chante et danse en compagnie de trois futures stars: Edwige Feuillère, Viviane Romance et Simone Simon.

La drôlerie et le charme pétillant de Paulette Dubost n'échappent pas aux cinéastes. Elle débute à l'écran en 1928 dans "L'Amoureuse aventure" et rencontre Carné et Renoir. Pour ce dernier, elle sera en 1939 l'affriolante Lisette de "La Règle du jeu".

Sa filmographie compte environ cent soixante films. En soixante dix-sept années de carrière, la comédienne aura eu le temps de tourner aux côtés des plus grands. Fernandel, Bourvil, Jean Gabin, Brigitte Bardot où Annie Girardot

On avait revu ces dernières années Paulette Dubost dans "1,2,3...Soleil" de Bertrand Blier ou dans "Le Jour des rois" de Marie-Claude de Treilhou, mais aussi à la télévision.

LES ENFANTS DU CINEMA

Christian Bale dans L'EMPIRE DU SOLEIL de Steven Spielberg


Les spectateurs se sont retrouvés avec un dilemne assez rare : aller voir l'une ou l'autre des adaptations de La guerre des boutons d'Yves Robert. Soit se rendre dans une salle obscure voir La guerre de boutons de Yann Samuell ou La nouvelle guerre des boutons de Christophe Barratier : un choix cornélien en somme.


Et les résultats sont plutôt bons pour La Nouvelle Guerre des Boutons, signé Barratier et produit par Thomas Langmann puisqu'il a attiré en France 521.424 spectateurs. Un score plus faible que celui de La Guerre de Samuell produite par Marc du Pontavice (570.969 billets en France ont été vendus entre mercredi 14 et dimanche 18), mais il s'agit d'un joli démarrage et lui permet de se placer en tête. La réalisation de Barratier partait avec un handicap puisqu'à l'affiche une semaine après celle de Samuell. Mais, elle a le gros avantage d'avoir des "noms" au casting (Laetitia Casta, Kad Merad, Gérard Jugnot, Guillaume Canet). Autre argument qui attire certains le simple nom de Barratier à l'origine du grand succès des Choristes. Et la promotion n'a pas hésité à le mettre en avant sur l'affiche : « Après Les Choristes, le nouveau film de Christophe Barratier. »

La Guerre des boutons de Yann Samuell a, elle, totalisé depuis sa sortie le 14 septembre près d'un million d'entrées, un beau score mais en baisse avec 282.620 spectateurs cette semaine. L'effet Guerre des boutons... L'avenir dira qui sort vainqueur de cette guéguerre de producteurs, en espérant que ce soit les spectateurs. Qui bénéficiera du bouche-à-oreille? Une chose est sûre, il faudra du monde pour rentabiliser les deux énormes budgets (13 et 16 millions pour Barratier).


http://www.francesoir.fr/loisirs/cine/box-office-guerres-des-boutons-se-livrent-bataille-au-sommet-142680.html




la vie est un long fleuve tranquille avec Benoit Magimel




Witness


le film qui a révélé Clovis Cornillac




Un indien dans la ville

vendredi 23 septembre 2011

THIERRY LE LURON, dernière interview 13 octobre 1986_europe 1


un document rare , un extrait de la derniere  interview de Thierry Le Luron que j'avais enregistré sur Europe 1, sur k7 audio. 
un mois avant sa disparition, il parle de sa santé et des rumeurs.

  video

cette interview a été rediffusée le jour de sa disparition pour la Spéciale Thierry Le Luron sur Europe 1 le 13 novembre 1986 - 
VOUS POUVEZ L'ECOUTER en entier sur la page facebook du plein de super en cliquant sur le lien ici !!!!!!!!!!

jeudi 22 septembre 2011

STAR WARS CHEAP by Sean HARTTER


LA GUERRE DES ETOILES COMME NOUS NE L'AVONS JAMAIS VU !

Angelina Jolie dans ORANGE MÉCANIQUE par Nicolas Winding Refn, Clint Eastwood en Pistolero de THE DARK TOWER ou en WOLVERINE, un 2001 L’ODYSSÉE DE L’ESPACE réalisé par Akira Kurosawa (le pied !), WATCHMEN par John Frankenheimer avec Paul Newman et Brigitte Bardot, HALLOWEEN par Hitchcock, ou un KILL BILL opposant Marilyn à John Wayne : telles sont quelques-unes des créations de l’illustrateur Sean Hartter. Soit un travail assez délectable d’imagination, pour des posters tirant souvent vers le cheap et le cinéma de drive-in.

http://hartter.blogspot.com/2009/11/misc.html

PATHE RRIBLE


Mardi, le producteur Thomas Langmann a remporté son procès contre Pathé à propos de "Rien à déclarer", le film de Dany Boon.


Le tribunal "a reconnu que les droits légitimes de 'La Petite Reine' (dirigée par les héritiers de Claude Berri) sur le film Rien à Déclarer n'avaient pas été respectés en dépit des accord signés par Claude Berri, Jérôme Seydoux et Dany Boon", a déclaré l'avocate Me Florence Watrin dans un communiqué.


L'affaire remonte à début 2009 lorsque Claude Berri, le père de Thomas Langmann, décède. Le producteur avait signé un contrat avec Dany Boon pour ses deux premiers films, "La Maison du bonheur" et "Bienvenue chez les Ch'tis", lui garantissant "un droit de préférence" pour le troisième. "Ce qui signifie que Dany Boon était tenu de lui présenter son projet, libre ensuite à Claude Berri de le produire ou non, avec Pathé et M. Seydoux", a expliqué l'avocate.


Mais, après la mort du producteur, "Pathé a évincé la société La Petite Reine et s'est considérée comme seul détenteur des droits. Thomas Langmann et son frère ont intenté une action en justice".

Pathé est donc "condamné à réparer le préjudice et à verser 30% de tous ses droits à recettes sur l'exploitation de Rien à déclarer sans limitation de durée jusqu'à concurrence de 12 millions d'euros".

source : morandini

LE CINEMA FRANCAIS AUTOUR DU MONDE

Mic mac à tire larigot

Les beaux gosses



Hors de prix
un Prophète

AMERICAN WARRIOR 2 vs NINJA BLANC

Ce film n'existe qu'en France, En effet, American warrior 2 n'est pas la suite d'American warrior. Pour une fois que les français étaient en avance , la série AMERICAN NINJA (en vo) s'appelle AMERICAN WARRIOR en VF. Le N°1 a bien marché à l'époque dans l'hexagone et les Frenchies se sont empressés de faire la promo du 2. Mêmes acteurs, même réalisateur.. mais pas de bol, c'est AVENGING FORCE.


Quand le vrai N°2 est arrivé sur les écrans, les distributeurs étaient bien emmerdés. une réunion de crise, et au final, AMERICAN NINJA 2 s'appelera donc LE NINJA BLANC.... C.Q.F.D.

BOUTONS D'OR


Guerre des boutons, guerre des chiffres, guerre des communiqués... Si sur les premières séances à Paris La Guerre des boutons de Yann Samuell prenait l'avantage, le film de Christophe Barratier sorti mercredi se rattrape amplement sur la France. Pour son premier jour sur les écrans, La Nouvelle Guerre des boutons a attiré 92.145 spectateurs, selon les chiffres communiqués par l'agent du film jeudi matin. Une semaine plus tôt La Guerre des boutons réalisait 87.900 entrées.



Les guerres n'en finissent plus d'éclater autour de l'oeuvre La Guerre des Boutons. Alors que sort aujourd'hui,  le film La Nouvelle Guerre des boutons réalisé par Christophe Barratier, soit une semaine après son concurrent La Guerre des boutons de Yann Samuell, une autre guerre fait rage et elle oppose TF1 à... TF1 ! Incroyable mais vrai, comme le révèle le Nouvel Obs, TF1, via ses filiales, a investi dans les deux projets !



En effet, TF1 prédisant un conflit inévitable entre les deux adaptations mais ne pouvant miser sur le cheval gagnant, a décidé de ne pas choisir et d'investir dans les deux films ! Ainsi, le groupe a investi 6,1 millions d'euros dans le long métrage de Yann Samuell contre 3,45 pour Christophe Barratier. TF1 a donc tout de même déboursé la modique somme de 9,55 millions d'euros dans La Guerre des boutons ! Un investissement plus que colossal !

TF1 a donc misé gros et attend, on ne doute pas sans angoisse, un excellent retour sur investissement. Il semblerait que ce soit d'ores et déjà gagné pour La Guerre des boutons de Yann Samuell, puisque sorti le mercredi 14 septembre dernier, le film a enregistré le deuxième meilleur démarrage de l'année (derrière Rien à déclarer) et a conquis 570 969 téléspectateurs en moins de cinq jours ! Véritable carton du box-office. Les premières audiences de la seconde adaptation, celle de Barratier, sont bonnes, sorties cinéma obligent ! Avec un casting, certes lisse, mais plus que vendeur (Guillaume Canet, Laetitia Casta), La Nouvelle Guerre des boutons - qui a pris le parti de déplacer l'intrigue pendant la Seconde Guerre mondiale -, devrait lui aussi séduire le public !

TF1 a donc pris un double risque en souhaitant produire les deux remakes du film de 1962 d'Yves Robert, qui ressort en salles le 12 octobre, lui-même déjà tiré du livre de Louis Pergaud. C'est en tout cas une guerre quelque peu particulière que TF1 s'est livrée... à elle-même !

Au vu des scores plus qu'excellents de la première adaptation, et de l'énorme communication autour du film de Barratier ; dans la guerre qui oppose TF1 à TF1, c'est sans grand doute TF1 qui devrait être déclaré vainqueur !





http://www.purepeople.com/article/la-guerre-des-boutons-l-investisseur-tf1-en-guerre-contre-tf1_a87748/1

mercredi 21 septembre 2011

TELEPHONE MAISON

Affiche dans l'esprit de Rencontre du troisième type.

Un grand moment de cinéma.



je vous conseille le lien ci dessous pour voir des photos du tournage.
http://steadyleblog.blogspot.com/2011/09/photos-et.html

MESRINE

Sylvia Jeanjacquot était ce matin l'invitée de Nikos Aliagas sur Europe 1, à l'occasion de la sortie de son livre "Ma vie avec Mesrine".

Durant cet entretien, elle a notamment évoqué son couple, les dernières heures qu'elle a vécues auprès de Mesrine. Mais surtout, elle s'en est pris au film réalisé par Jean-François Richet 

Sylvia Jeanjacquot n'a pas mâché ses mots envers ce long-métrage: « Ce film est mensonger et diffamatoire. Tout est faux. »

source
http://www.jeanmarcmorandini.com/article-212259-sylvia-jeanjacquot-le-film-sur-mesrine-realise-par-jean-francois-richet-est-mensonger
 
 
retour sur les deux films
http://www.allocine.fr/film/anecdote_gen_cfilm=51603.html
 
Un même dyptique, deux films différents
Inspiré des deux autobiographies de Jacques Mesrine, L'Instinct de mort et Coupable d'être innocent, le dyptique Mesrine se compose de deux volets : L'Instinct de mort et L'Ennemi public n°1, deux films très différents selon Vincent Cassel. "Même si les deux opus respectent la chronologie de la vie de Mesrine, on sentait bien, déjà pendant le tournage, qu'ils seraient différents l'un de l'autre, confie le comédien. D'abord on change d'époque : les années 50 et 60 ne ressemblent en rien aux années 70 : ce ne sont pas les mêmes voitures, les mêmes looks, les mêmes musiques, et surtout pas les mêmes mentalités. Les deux films développent deux thèmes qui se complètent l'un l'autre. Si L'Instinct de mort raconte l'histoire d'un jeune qui se cherche puis se trouve, L'Ennemi public n°1 raconte celle d'un homme qui sait où ses choix de vie l'emmènent et qui y va malgré tout. Le premier est un film noir. Le second en revanche serait plus un thriller psychologique, la paranoïa d'un type qui sait intuitivement comment tout cela va finir."

 

mardi 20 septembre 2011

LA MENACE FANTOME version 1977 ?


Et si Georges Lucas avait commencé la saga star wars par l'épisode 1 LA MENACE FANTOME en 1977?  Hasard ou pas, Danny Llyod s'est fait connaître au début des années 80 dans le film de Kubrick "SHINNING", il aurait pu jouer le rôle d'Anakin enfant, rôle tenu par Jack Llyod.

Je vous laisse imaginer le casting de l'époque !

David soul à la place de Liam Neeson ?
pouquoi pas ? il avait bien un petit rôle dans Magnum Force de Clint Eastwood.

MARK HAMILL PARLE DE STAR WARS


Quel regard portez vous sur les modifications apportées par George Lucas sur les trois films de la première trilogie ?

MH : le truc qui est bourré d’effets spéciaux ? C’est bien ce dont nous sommes en train de parler ? Oui, malheureusement, je les ai vus. Que ce soit La guerre des étoiles, L’empire contre-attaque ou Le retour du Jedi, je trouve que ces changements sont inopportuns et n’apportent rien à la trilogie, bien au contraire. J’ai toujours dit que je les aimais tous les trois dans leur version originale. J’aime le fait qu’ils aient été réalisés à l’ancienne, avec les moyens de l’époque. George évoquait récemment, pour justifier cette « défiguration numérique », le fait qu’ils avaient pris un sacré coup de vieux. Mais on ne peut pas parler de ces films en les qualifiant de vieux, on n’a pas le droit de dire que Star Wars est un vieux truc dépassé.



Il y a une génération de cinéphiles qui ressent ces modifications comme une véritable trahison…

MH : oui, cela va même encore plus loin. C’est carrément remettre en question l’amour du public pour ces films, l’amour des spectateurs qui ont grandi avec. Le temps a passé, c’est tout. Le fait que certains effets soient aujourd’hui complètement dépassés n’est pas grave, c’est même salvateur. Cela leur confère un charme certain, une patine inimitable. Vouloir absolument revenir sur ce qui a été fait pour y ajouter la technologie de maintenant n’a absolument aucun sens. George tente par tous les moyens de refaire ses films comme s’il les tournait aujourd’hui. Il veut nous faire croire que ces changements sont essentiels pour un public habitué aux effets spéciaux modernes. Je ne sais pas précisément ce qui l’a poussé à faire ça. Mais pour ma part, je suis plus intéressé par une technologie moyenne qui tente de matérialiser de façon réaliste les rêves immenses d’une époque, que par une technologie avant gardiste au service des petites entreprises de rajeunissement de George, qui oublie le rêve qu’il est censé supporter.



Que pensez vous alors des nouveaux épisodes I, II, III de la saga ?

MH : que cela soit bien clair, je ne veux pas cracher dans la soupe, Star Wars a contribué à ce que je suis aujourd’hui, et j’aime ces films. Il ne faut pas oublier que les épisodes IV, V, VI de Star Wars sont de véritables contes de fées, avec des pirates de l’espace, des mercenaires, des créatures et même une philosophie. Et tout cela, on le doit à George. Aujourd’hui, je suis incapable de vous dire à quoi ressemble tout ce bordel, ni dans quelle perspective artistique ils ont été faits. Ni même à quel genre ils appartiennent ! George a tellement de gens à sa disposition, tellement de jouets perfectionnés pour mettre à l’écran ce qu’il veut, qu’il aurait pu faire n’importe quoi… Et je pense que c’est ce qu’il a fait : n’importe quoi. Je suis sûr que son inspiration d’aujourd’hui est plus guidée par la technologie qu’il a à sa disposition que par son cœur. Vous savez, je crois finalement que ces nouveaux épisodes sont d’immenses comédies ridicules, et je n’ai aucun regret de ne pas y avoir participé.

extrait de l' interview à Cannes en 2004 alors que la première trilogie sortait en DVD pour la première fois…

source :
http://www.avcesar.com/interview/id-119/Mark-Hamill.html.

lundi 19 septembre 2011

FANTOMES EN FETE ?


SOS FANTOMES 3 serait dans les starting blocs, petit rappel sur l'avis de Bill Muray au sujet de cette suite.


"Il y a un peu de ça. Je n’ai fait qu’une seule suite dans ma carrière, c’était Ghostbusters 2 et ça ne s’est pas passé comme prévu. Je suis devenu LE problème sur ce projet. Avant j’étais un atout, maintenant je suis un problème".

"Ce n’est pas la première chose qui me vient à l’esprit, alors je n’y pense même pas".

Au moins, les choses sont claires

DE LA SUITE DANS LES IDEES

Sigourney Weaver parle enfin d'S.O.S. Fantômes 3 et d'Avatar 2 !

A propos d'Avatar 2, l'actrice a ainsi avoué que James Cameron himself lui a raconté l'histoire des 2 prochains films de la saga et que ces derniers s'annoncent, comme prévu, "absolument merveilleux". L'actrice a aussi profité de l'interview, et c'est là le plus important, pour annoncer officiellement son grand retour : "Ne vous inquiétez pas, je serais de retour. James dit que personne ne meurt vraiment dans les films de science fiction". Et quand aux questionnements concernant le degré d'avancement du projet, Sigourney Weaver répond d'un limpide : "Il n"y a plus qu'à les faire !".




































En ce qui concerne S.O.S Fantômes 3, l'actrice semble déjà bien plus réservée : "Je n'ai pas encore lu le script. J'ai reçu quelques coups de téléphone et je sais qu'ils sont en pleine réécriture mais tout ce j'ai répondu c'est que j'espérais que le fils de mon personnage, Oscar, ait bien grandi et soit devenu un Ghosbuster.. et Ivan Reitman [le réalisateur] m'a répondu que oui. Au-delà de ça, je ne sais rien. J'espère que ça va se faire mais si ce n'est pas le cas, on aura au moins fait deux très bons films".

source

Ma fille dessine ARTHUR ET LES MINIMOYS

Ma fille (7 ans) adore la trilogie de Luc Besson, voici un de ses dessins. pas si mal non ?

HOT SHOTS returns


Pour faire la promotion de son émission spéciale "Comedy Central Roast", Charlie Sheen s'est amusé à reproduire une scène mythique d'"Apocalypse Now". Son père, Martin Sheen, qui tenait le rôle principal de ce chef d’œuvre du 7ème Art, lui a prêté main forte...




Après un premier teaser "citant" le Docteur Folamour (Voir la vidéo),




Charlie Sheen et les sales gosses de la chaîne Comedy Central ont choisi un autre classique du cinéma pour promouvoir leur émission spéciale - le "Comedy Central Roast of Charlie Sheen" - programmée le lundi 19 septembre, en face de la nouvelle version de Mon oncle Charlie, "débarrassée" de Sheen mais dopée au Kutcher. Cette fois-ci, ils ont en effet utilisé une scène mythique d'Apocalypse Now (Willard sortant de l'eau avant le faceà-face avec Kurtz !)... en demandant à Martin Sheen de faire une apparition ! Pour la petite histoire, l'ex-Président d'À la Maison blanche n'est pas seulement le papa de Charlie... il est aussi le héros d'Apocalypse Now !



http://www.allocine.fr/article/fichearticle_gen_carticle=18607200.html
Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...